L’ATTACHEMENT, LA POSSESSIVITÉ / LE DÉTACHEMENT : Être attaché vous emprisonne ? à quelqu’un, à quelque chose ?

Le 20/12/22 à 00:00

Le DÉTACHEMENT par opposition à l’ATTACHEMENT, LA POSSESSIVITÉ

Il est important d’apprendre le détachement pour ne pas vivre trop d’attachement. C’est une des grandes leçons à appliquer afin de vivre harmonieusement.

Attachement à qui, à quoi ?

L’attachement, c’est un sentiment qui nous lie à ce que nous affectionnons. Avez-vous de la difficulté à vous détacher de personnes, d’animaux, de souvenirs, de choses matérielles, de l’argent, etc. Si vous tentez d’imaginer que vous perdez quelqu’un ou quelque chose, comment le vivez-vous ? Ressentez-vous une impression de vide ?

 L’attachement et les émotions :

Lorsque l’attachement est trop fort, qu’il y a un trop grand lien émotionnel, vous devenez prisonniers de l’objet de votre attachement, vous devenez possessifs (je veux posséder la personne ou l’objet). Quand la personne ou l’objet auquel vous êtes attachés vient à disparaître de votre vie, vous perdez vos repères et vous sentez un grand vide intérieur…

 Être attaché c’est être dépendant :

Il est normal que l’enfant soit attaché à ses parents parce qu’il dépendant de leur sécurité affective, de leur sécurité matérielle, de leur sécurité en général. Les parents s’attachent beaucoup à leurs enfants également alors qu’ils devraient leur apprendre le détachement au fur et à mesure qu’ils grandissent pour pouvoir être autonome à leur tour et ne pas être dépendant de quelqu’un ou qq chose. Des exemples de possession, quand on dit  « c’est MON mari »  ou « c’est MON enfant » ou  « c’est à MOI »  alors que personne ne vous appartient !

D’autres exemples: des parents qui, inconsciemment, empêchent leurs enfants, devenus adultes, de faire leur vie, en les « obligeant » à s’occuper d’eux, ce que l’on appelle le « chantage affectif. Un parent triste ou malade ou séparé qui se retrouve seul aura tendance à jouer ce « chantage affectif » sans en avoir conscience, mais qui contraindra l’enfant à « materner » son parent, à jouer un rôle de conjoint, d’ami ou de parent alors qu’il n’en a pas envie.

 Le détachement c’est l’autonomie, c’est grandir :

 L’amour inconditionnel c’est savoir que vous êtes seul responsable de vous-mêmes et de ce qui vous arrive car c’est toujours vous qui faites vos choix et prenez vos décisions, même si vous êtes influencés par telle ou telle personne. Ces choix et décisions sont souvent dictés par la peur !

Être détaché, c’est comprendre et entendre l’autre sans souffrir avec lui quand il vous parle de ses difficultés. C’est comme un thérapeute ou un médecin, s’il souffre avec son patient, il ne peut pas l’aider.

 La loi de la nature, l’impermanence des choses :

Ne pas être attaché signifie aimer avoir des relations ou des biens en vous rappelant que personne ni rien ne vous appartient. Tout est de passage dans votre vie pour vous aider à évoluer. Tout bouge, tout change tout le temps, c’est l’impermanence des choses, « Annica » disent les Bouddhistes selon Gautama Bouddha, l’attachement aux choses impermanentes s’avère être la cause de la souffrance, car ce qui est impermanent ne peut être satisfaisant.

 Les expériences de la vie :

Lorsque quelqu’un ou quelque chose disparaît de notre vie, notre inconscient qui veille sur notre survie sait que vous pouvez continuer à vivre et passer à autre chose, mais pour cela il vous faut lâcher les pensées qui vous font rester dans le passé et vous attachent. Vous avez un grand pouvoir de créer tout ce que vous avez besoin, de la même manière que si vous décidez de construire une maison, vous créez d’abord l’idée, y pensez puis passez à l’action et créez les étapes pour y arriver. Ces étapes, qu’elles soient faciles ou difficiles sont des expériences. Il n’y a pas d’erreur, que des choix, le choix du l’instant présent, c’est le meilleurs choix qui soit puisque qu’il vous donne une expérience qui vous apprendra soit à faire le même choix la fois suivante s’il était satisfaisant pour vous, soit à en faire un autre.

 En résumé :

Etre attaché c’est souffrir, que ce soit au passé, aux choses, aux gens, aux situations, à vos valeurs, vos principes car dans le monde tout change, tout bouge tout le temps, tout existe, tout et son contraire mais si vous restez attachés à ces valeurs que vous avez apprises, vous souffrirez quand vous verrez quelqu’un qui n’a pas la même façon de faire ou de penser comme vous car vous croyiez que c’est mal ou pas bien, or c’est ni mieux ni moins bien, c’est juste différent ! Accepter la différence, c’est accepter la loi de la nature comme le démontre le Yin et Yang car nous sommes environ huit milliards d’être humains et tous sont différents !